“Les clampins”

GPS or Not GPS

Perdu entre Riquewihr et Barr, sans portable, Jacky sans se départir non plus
de sa bonne humeur habituelle est allé quérir chez un marchand une carte du pays et une loupe pour mieux voir !

Méthode efficace puisque grâce à ce dispositif nouveau, il a pu nous rejoindre pour le casse croûte !

Tous les ch’mins mènent à rhum…

Kika bien fait de cycler hier ?

Les Clampins of course !
Nous étions dix pour un bas Chablais amélioré…
…………
Au retour,
C’est au café des Sports et de la dôpe associés que nous “ bûmes “ (1) un pudding à ressort, fruit d’une recette nouvelle.
– “ Tu te prends un pudding inoffensif,  cuit la veille.
–  Tu te le presses fortement entre les mains comme une éponge que tu voudrais essorer.
–  Tu vois le geste ?
–  Tu te le plonges alors dans une bassine de rhum (ou à défaut une baignoire du même liquide) de préférence du rhum Negrita couleur goudron, parfumé Antilles.
–  A défaut du rhum Charette de la Réunion.
–  Tu relâches alors ta pression sur le pudding concentré. Aussitôt il se gorge du précieux liquide telle un Chamex déshydraté que tu plongerais dans l’eau.
–  Tu ne l’égouttes pas !
–  Tu te le sers tel que au retour d’une partie de manivelles.
–  Tu sens ton bonheur qui coule dans ta gorge ? Tu sens la chair tendre du pudding fondre sous ta langue ?
–  Tu sens la fatigue quitter des pauv’guiboles ?
–  Ben voilà… “
Belle sortie au sec, compagnie agréable, entre 60 et 80 km, pudding radioactif à l’arrivée,
z’auriez du v’nir !
jp
1/ Ce genre de pudding détrempé, parfumé au jus de canne à sucre ne se mange pas, il se suce ou se boit.
Monsieur sécurité du club précise qu’il ne faut consommer ce pudding qu’avec modération… 

Huit et cinq = quatorze… Clampinade du 5 mai.

Comme disent les Clampines : “ huit et cinq quatorze donc on est quinze… “

Or donc nous étions quinze pour la sortie estivale du 5 mai…
Quinze comme la bande à Novès !
La similitude s’arrête là !
Vous imaginez Sébastien Chabal sur un vélo ?
Vous imaginez un Clampin marquant l’essai au Stade de France ? 
Encore que !
Considérable différence avec le Quinze, dans notre équipe il y avait les quatre filles les plus séduisantes du CRT ! 🐣
Cinq grenadiers voltigeurs de pointe sont partis en éclaireurs à midi et demi, leurs poursuivants une heure plus tard !
La jonction eut lieu “ Aux Habères “ à Habère-Poche. Un bistro ! Ben tiens !
Finalement ces départs différés semblent être une bonne idée, toutefois, l’écart d’une heure est peut être trop grand nous le réduirons à la demi-heure la prochaine fois… peut être.

Un temps magnifique ! Une compagnie idéale ! Des paysages tous neufs ! des traces de neige agonisante dans les fossés et sur les hauteurs ! Un excellent café aux Habères ! La rencontre intéressante d’autres groupes du CRT ! Un apéro réhydratant au café des Sports et de la dôpe réunis ! 

Z’auriez du v’nir

jp

la vallée verte

Clampinade pas baignade !

Dix !
Nous étions dix Clampins vendredi pour la grimpée au lac des Plagnes !
En comptant les trois filles…
Dix Clampins d’exception répartis harmonieusement en deux pelotons de cinq…
En comptant les filles aussi…
Parti avec une heure d’avance sur le second, le premier groupe devait logiquement arriver le premier au mâchon prévu au bord du lac… C’était sans compter «  l’appel de l’apéro » ! survenu devant le Café de la Place à Abondance.
C’est là, après moult tournées (modérées) que l’avance fondit comme glaçon dans le Scotch.
Ainsi Mireille rattrapa-t-elle vôt’ serviteur à 1000 m environ du sommet de la côte, pas mal pour une Clampine qui était partie de Thonon une heure après lui !
Bernard et Jean juchés sur le «  tandem fou » seraient bien arrivés encore plus vite s’ils n’étaient délibérément restés en retrait… galanterie fondamentale de mise chez les Clampins.
Bref ! Comme disait Pépin, tout le monde se trouva regroupé pile poil pour le casse-croûte, balaise timing non ?
Le retour, à quasiment cent à l’heure, se fit par la route improbable qui, de St Paul débouche au cimetière de Vinzier.
Un temps splendide, une compagnie agréable, un casse-dalle confortable, l’apéro offert par Alain dit «  Enzo » les libations diverses par d’autres Clampins méritants et le pot du retour par Mireille qui fêtât ainsi son 56 ème anniversaire.
Par charité chrétienne nous tairons le nom du Clampin à moins que ce ne soit une Clampine qui a oublié tous ses papiers les clés de sa chaumine et son crapaud à Abondance où il fallut bien remonter illico… En voiture toutefois.
Z’auriez du v’nir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Photos : Nicole et jp

Martigny on the ” roc ” !

On recherche fauteur de trouble à l’ordre suisse, il faudrait dire foreur de trou !

En effet un Clampin mal intentionné a creusé en territoire helvétique, sans autorisation ni cantonale ni fédérale, un grand trou, un gouffre, une igue, un Padirac au beau milieu de la piste dite cyclable qui conduit à Martigny (et Rossi ?) ! (ça c’est d’la phrase !)
Un nid de nid de poule ? que non point, un nid d’autruche, intégralement creusé au nez et au menton dans le gravier valaisan !
Ce ressortissant français, natif du Doubs, immigré de longue date en Chablais n’a, en effet, pas raté ni son vol plané, ni le belly landing (1)qui s’en suivit !
Vous auriez vu toutes ces dames, la larme à l’oeil, le geste tendre, lui apporter soins et réconfort ! On en tomberait exprès du vélo.
Bref comme on dit chez Pépin, alors que nous revenions joyeusement de Martigny, Bernard nous a fait une chute spectaculaire, heureusement sans trop de casse.
Quelle sortie !
Mauvais présages : Lucien premier avait pété de l’arrière dès le premier kilomètre comme d’habitude et Françoise avait cuisiné un cake explosif qu’elle avait opportunément transporté sous vide !
Un cake donnant à coup sûr un résultat très coloré et positif lors d’un éventuel contrôle d’alcoolémie !
Mauvais sort ! A voir tourner les éoliennes tel le moulin de Maître Cornille (2) nous aurions bien du deviner qu’un fort vent de fesses nous propulsait vers le haut Valais…
Vent de fesses à l’aller qui ipso facto fut vent de face au retour…
Les Dieux étaient contre nous !
Georges fut héroïque et nous fendit la bise…
Temps magnifique, compagnie agréable, neuf Clampins neufs, deux filles qui purent de ce fait converser à loisir, repas dans la forêt, café à Martigny et à l’UCI d’Aigle, une belle sortie !
Z’auriez du v’nir !
jp
Nombreuses absences remarquées par rapport à l’année dernière dont Gérard…

Sécurité clampinesque…

Camarades Clampins (et Clampines aussi), afin de m’éviter une mort rapide sinon très prématurée, par infarctus, je vous serai reconnaissants de respecter autant que faire se peut les consignes simples et élémentaires suivantes :

  • Rouler à droite, ou du moins sur la partie droite de la chaussée. (Nous passons pour de dangereux cinglés aux yeux des automobilistes et témoins de la scène)
  • Ne pas traverser les départementales sous le capot des 36 tonnes les contraignant à freiner et onduler dangereusement.(Nous passons pour de dangereux cinglés aux yeux des automobilistes et témoins de la scène)
  • Ne pas dépasser le ” Chef ” et les autres, arrêtés à une intersection, sous le prétexte qu’il ” y a l’temps ” ! (Nous passons pour de dangereux cinglés aux yeux des automobilistes et témoins de la scène)
  • Ne pas remonter tout le peloton tout à coup sans prévenir, sous le nez des automobilistes eux-même déjà en train de dépasser. (Nous passons pour de dangereux cinglés aux yeux des automobilistes et témoins de la scène)
  • Ne pas s’arrêter sans raison au milieu de la chaussée… ce qui fait tomber son petit camarade ! (Nous passons pour de dangereux cinglés aux yeux des automobilistes et témoins de la scène)

Ce sera tout… pour aujourd’hui ! Mais je suis bien certain que vous allez me trouver quelques pratiques dangereuses diverses et improbables pour l’avenir…

Le Vénérable Chef Clampins (et Clampines aussi 🙂 )