Un cycliste se tue sur la RD 925 (Savoie)

La RD 925, entre Venthon et Albertville, a encore été le théâtre d’un accident mortel, mercredi en fin d’après-midi. Vers 16 h 45, un groupe de cyclotouristes descendait du Beaufortain. Dans les virages de Venthon, l’un d’eux a, pour des raisons que l’enquête de gendarmerie devra déterminer, effectué un tout droit et traversé la chaussée pour venir percuter une voiture qui arrivait en sens inverse.

Le conducteur n’a pu éviter la collision, et le choc a été violent. Le cycliste, âgé de 76 ans et originaire de Cognin, est malheureusement décédé. Le chauffeur de la voiture est indemne mais choqué.

Surpris par l’accident, un autre cycliste qui évoluait en tête de groupe a chuté et s’est légèrement blessé. Ce sexagénaire a été pris en charge par le Smur d’Albertville et la dizaine de sapeurs-pompiers d’Albertville sur les lieux, et dirigé vers le centre hospitalier de la cité olympique.

Message du Délégué Sécurité :
je profite de ce tragique accident pour rappeler que nous, cyclistes, sommes des usagers vulnérables et qu’à ce titre nous devons redoubler de vigilance et de prudence…
– cela commence par le respect du code de la route, mais aussi des autres usagers (automobilistes, piétons…) ;
– nous devons également savoir maîtriser la vitesse et la conduite de notre vélo selon les infrastructures, les caractéristiques des routes et les conditions climatiques ;
– bien entendu, nous ne sommes pas à l’abri d’une défaillance mécanique, d’où l’intérêt d’un entretien régulier (pneus, freins, direction,…) ;
– enfin, pensez à l’entretien du cycliste, visite médicale et test à l’effort.
PS : par ailleurs, samedi 2 septembre 2017, un cycliste néerlandais de 54 ans a fait un arrêt cardiaque sur la route du Mont Ventoux à Bédoin, en contrebas du châlet Reynard. Il venait d’effectuer déjà une première montée. Le SAMU n’a pas pu le ramener à la vie. Les cyclistes amateurs sont de plus en plus nombreux à tenter l’ascension du Ventoux, 126.000 cyclistes l’ont gravi en 2016 et le peloton grossit de plus en plus, selon le décompte de la mairie de Bédoin. Malheureusement, le “Géant de Provence” est souvent le théâtre de ce genre de drames. En effet, les pompiers interviennent très souvent sur le Mont Ventoux pour des malaises graves. Entre 10 et 15 fois par an.

A vélo, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *