Joyeux Novel !

DSCN9710

Neuf pauv’ Clampins à l’ouvrage aujourd’hui à l’approche de Novel.

Une température ambiante mesurée, ressentie, vérifiée, largement supérieure au QI de Zlatan !

Comment « alors ça caillait quand même » ?

La canicule bute,

la canicule lasse,

la canicule comment veux-tu ? (1)

Bref, la canicule ôte.

Bon j’arrête comme on dit chez Charles Pertuiset ™.

Au pied de la montagne nous fîmes trois groupes d’attaque :

  • Le groupe à Dédé pressé d’en finir …
  • Le groupe à Roger performant, puissant … en un mot pyrénéen !
  • Vôt serviteur, SEUL, calme, posé, beau, grand, fort, compétitif, pur, élégant, impérial, modeste …

En tête des pelotons, il ignore de ce fait avec qui les deux filles ont grimpé … b_grind

Pardon !

Il ignore qui accompagnait les deux filles pendant cette escalade redoutable.

Circulation automobile démente sur la route infernale, température estivale, ablutions à Novel et St Gingolph offertes par Mireille, Françoise, Serge, (2)

Balthazar chez Roger, aglou aglou aglou (il est des nôtres …) Serge, pour se réchauffer, est rentré à Marin par l’X …

Bref !

Z’auriez du v’nir.

jp

1/ Je sais je l’ai déjà fait plusieurs fois, mais qui c’est qui commande ?

2/ J’espère que je n’ai oublié personne !

Tous les détails et même plus !

https://connect.garmin.com/activity/857886084

 

 

 

Page 1 sur 11

5 commentaires sur “Joyeux Novel !

  1. le claudio est nettement moins bon
    mais je vais etudier le JeanPolo
    ————–
    Claudio Profite de cette pluie d’été, pour terminer et écrire dans un francais presque lisible le récit de la bambée aux sources de la Loire

    la suite sur
    http://cbandiera.free.fr/recits/2015-loire/e2.php
    les images
    http://cbandiera.free.fr/recits/2015-loire/F/

    Tchoo comme disent les voisins

    —————————————–
    voici l’étape Une
    Vendredi 24 juillet 2015 : Faverges Grenoble Voreppe (132 km) , par le chemin des écoliers..
    http://cbandiera.free.fr/recits/2015-loire/e1.php

    Si j’ai encore rêvé d’elle, elle a apparemment, rêvé de moi, mais sta matin : retour à la voie-verte-faverges-ugine-2015réalité, et on the road again sur le désormais chemin des écoliers.

    Le réveil étant difficile, il est déjà huit heures, et comme d’hab les premiers coups de pédales sont lourds et difficiles.

    Mais il suffit de passer le pont .. d’englannaz et c’est l’aventure.

    Vu l’heure avancée, nous croisons de nombreux couraillons en route pour affronter les grands cols des Alpes, effet tour de France oblige, et nous, nous roulons à plat.

    Mais nous ne sommes pas des dégonflés pour autant.

    Nous passons Grenoble sans même jeter un œil à la Bastille, ni même à la ville, pour nous enfiler directement au niveau du pied du fameux téléphérique, le long des l’isere, sur la piste cyclable surchauffée.

    Après quelques hésitations dans une morne zone industrielle, dominée par d’inquiétantes barres rocheuses, voici notre superbe Hôtel; le formule Un, de type boite à sardines : pas la meilleure solution pour soigner une déprime naissante.

    La soirée se passera entre télévision, branlette et bruits agressifs du voisinage : mais demain est un autre jour.

Poster 1 commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.