Santé – Sécurité

Plus d’infos Sécurité…

 

Santé, Sécurité, priorités de la FFCT

Santé

La pratique d’un sport est bénéfique sur le plan cardiovasculaire par son action sur les facteurs de risque. Mais elle peut être néfaste si elle est pratiquée avec une intensité excessive car multipliant le risque d’accident aigu. Notons que dans les facteurs de risque non modifiables, on trouve dans l’ordre « l’âge, le sexe et l’hérédité », d’où l’intérêt accru pour nous cyclotouristes de respecter les prescriptions qui suivent :

  • Surveillance médicale : examen médical orienté sur la pratique sportive et renouvelé régulièrement (tous les 2 ans). A partir de 45 ans (50 ans chez les femmes) faire un bilan cardiologique (rappel pour les licences sport loisir “hors compétition” le certificat médical de non contre-indication est à renouveler tous les 5 ans) ;
  • Rouler raisonnablement : Utiliser un cardiofréquencemètre pour connaître ses limites et ne pas dépasser 90 à 92% de sa Fréquence Cardiaque Maximale (FCM) ou à défaut il faut toujours être capable de parler en roulant ;
  • Premiers secours : en cas d’accident, appeler le 112. Faire les gestes qui sauvent (d’où la nécessité d’une formation au PSC1).
Sécurité

LA SÉCURITÉ GLOBALE DU GROUPE

Au départ

  • Groupe ne dépassant pas 10 cyclistes ;
  • Port du casque indispensable (obligatoire pour les moins de 12 ans) ;
  • Vélo en bon état (mécanique, freins, pneus…).

Sur la route

  • savoir adopter le bon rythme ;
  • autant que faire se peut, chacun doit connaître le parcours ;
  • s’arrêter en sécurité au bon endroit avec les précautions d’usage ;
  • informer (geste ou parole) d’un obstacle, d’un changement de direction, d’un véhicule qui s’annonce par l’avant ou l’arrière (un rétroviseur est fort utile…) ;
  • s’assurer que personne n’est en difficulté (épuisement, ennui mécanique).

La sécurité, c’est impérativement le respect du code de la route (feux rouges, priorités…)
Mais également ne pas avoir un comportement dangereux pour soi et/ou pour autrui (virages coupés en descente, pelotons sur 3 files ou 2 files occupant toute la voie de circulation…).
Rouler sur les trottoirs est strictement interdit aux cyclistes, sauf : pour les cyclistes de moins de 8 ans et lorsque des marquages au sol les y autorisent.

Les points de vigilance

  • Les arrêts techniques, crevaison ou pauses physiologiques, se traduisent trop souvent par une occupation anormale de la chaussée. Le choix de la zone adaptée pour l’arrêt du peloton se doit d’être judicieux ;
  • Les erreurs de parcours donnent souvent lieu à des manœuvres mal maîtrisées. De façon générale en peloton, tout changement de direction, tout arrêt doit être signalés au préalable ;
  • Rouler à 2 de front est autorisé par le code de la route… mais il y est précisé aussi “que les cyclistes doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche (R431-7, infraction de 2ème classe) ;
  • Attention aux angles morts… (Camions, véhicules gros gabarit) une règle essentielle : si vous voyez le chauffeur, il peut vous voir aussi ;
  • Garder une distance suffisante avec le vélo qui vous précède pour permettre un arrêt d’urgence en toute sécurité (Art. R 412-12 du Code de la route). Cette distance sera adaptée en fonction des difficultés des conditions de circulation (chaussée glissante, chaussée déformée, densité du trafic, etc..) ;
  • Santé : rouler raisonnablement « pouvoir toujours parler en roulant » – si possible utiliser un cardiofréquencemètre et ne pas dépasser les 90% de sa FCM (fréquence cardiaque maximale).

PROMOUVOIR LA SOLIDARITÉ AU SEIN DU GROUPE

Un groupe solidaire est un groupe qui part ensemble et revient ensemble, sans avoir éreinté le moins en forme du jour ou abandonné en rase campagne un camarade de route victime d’un ennui mécanique et/ou physique. Cela veut dire :

  • rouler à allure régulière ;
  • s’attendre en haut des côtes ;
  • quand on en a les moyens, rouler devant pour prendre le vent ;
  • s’arrêter et aider en cas de crevaison ou d’incident mécanique.

QUELQUES REMARQUES IMPORTANTES :

  • Un téléphone portable peut se révéler fort utile en cas d’urgence : 112, 18 pompiers, 15 SAMU… ;
  • Lors des sorties, pensez à prendre votre licence (identité, adresse…), la carte de sécurité sociale européenne (voyage à l’étranger) et autres supports contenant les renseignements de votre groupe sanguin, allergies et numéros de téléphone à prévenir en cas d’urgence ;
  • respectez la nature : pas d’arrêt « vessie » aux abords d’habitation, pas de papier à terre ou les restes de votre alimentation ;
  • pensez à une petite trousse de secours avec une couverture de survie ;
  • rappel le port d’un gilet rétro réfléchissant certifié est obligatoire pour tout cycliste (et son passager) circulant de nuit hors agglomération ou de jour lorsque la visibilité est insuffisante.

Quel est le meilleur positionnement des cyclistes dans un giratoire…

Tout d’abord, la sécurité dépend du comportement du cycliste qui variera selon son expérience, son âge, sa connaissance des lieux, la présence ou non de véhicules motorisés, le motif de son déplacement…

  • La trajectoire au plus court, au plus près de l’îlot central, est surtout le fait d’usagers expérimentés, jeunes ou sportifs. Mais elle est aussi pratiquée par presque tous sur les mini-giratoires et, quelle que soit la configuration, lorsque le trafic est faible.
  • La trajectoire qui longe le bord extérieur de l’anneau est pratiquée par les cyclistes qui n’osent pas se mêler aux voitures parce qu’ils manquent d’expérience ou ne se sentent pas assez rapides ou habiles. C’est aussi la trajectoire à adopter lorsque le cycliste emprunte la première sortie. Lorsque, en revanche, il franchit une ou plusieurs branches, cette position multiplie les situations de conflit. Ceux-ci sont d’autant plus dangereux que le trafic (lourd notamment) est important et que la géométrie (taille, rayon, déflexion) ne permet pas une modération efficace des vitesses.
  • La trajectoire intermédiaire (centrale – devant les véhicules) est celle qui est le plus souvent choisie par les cyclistes sur les giratoires de taille moyenne ou lorsque le trafic est relativement peu important. C’est cette dernière trajectoire qui permet le mieux au cycliste d’être perçu par les autres usagers, qui limite les risques de dépassement et de cisaillement par les véhicules en sortie de l’anneau.

C’est ce positionnement qui est recommandé dans le PAMA (Plan d’Actions des Mobilités Actives).

———–